*Accueil *Présentation-Histoire *Economie *Actualités *Infos utiles *C-R conseils St Philbert *Ecole *Activités
*POS + Cadastre *Droit du Sol *Culture Tourisme *Eglise *Jumelage *Hier - Aujourd'hui *Contact
Présentation et Historique

*Quelques mots d'histoire.

D'après le Célestin Port, St Philbert en Mauges existait au XIème siècle sous le nom de Sanctus Philibertus (1052 à 1082) mentionné dans le cartulaire de St Serge. Mais on ne connaît pas la date de la fondation de la paroisse qu'on attribue sans certitude au voyage des moines de St Philbert de Grand Lieu.

Au XIXème siècle, une centaine d'artisans vit du tissage pour les usines de textile de Cholet.
La commune regroupe alors près de 400 âmes.
En dépendent les hameaux de la Gagnerie,
du Grand Bois Girault et du Noyer,
les châteaux du Bois Girault et de la Cour,
et 17 fermes et écarts.

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + +

Extraits du "Dictionnaire Historique et Géographique de Maine et Loire" des Archives Départementales de Maine et Loire

PAR Mr CELESTIN PORT, ARCHIVISTE DE MAINE ET LOIRE EDITE en I878 :
Version originale (1876 à 1878) : pages 6 et 7

Version revisée (1965 à 1996) :
pages 19 à 22

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + +

- Saint Philbert en Mauges : Canton de Beaupréau

* Formes anciennes du nom :
- Sanctus Philibertus (1052-I082)

- Sanctus Philibertus de Maugia, (1429)

- Saint Philbert de Beaupréau (1709)

- Saint Philbert en Mauges (1783)

- Saint Philbert en Mauges de Beaupréau au détroit des Mauges (1789 -Signature du curé DAVY)

Depuis le 15 décembre 2015, Saint Philbert en Mauges,
est une commune associée de Beaupréau en Mauges ...

Livret sur la commune (oct-2015)

"le tour des communes": sur Canal Cholet

Groupe d'histoire local : GRAHL de Beaupréau

Livret du Circuit des Guerres de Vendée
éditée par l'Office de Tourisme du Val de l'Evre

(St Philbert pages 22-23)



 Plan du Village

Cartes de Cassini (France)

" Sur un plateau de 111 mètres incliné au Sud et à l'Ouest vers la vallée de la Vrême, entre LA CHAPELLE DU GENET:5 kms et VILLEDIEU:5 kms au Nord-Ouest, à l'Ouest LA RENAUDIERE:6 kms - SAINT MACAIRE:5 kms, au Sud - ANDREZE:5 kms. Un simple chemin d'intérêt communal de Beaupréau à Torfou descend du Nord au Sud jusqu'au bourg ou il se recourbe vers l'Ouest et à 500 mètres de là, rejoint de l'Ouest et de l'Est par les chemins vicinaux d'Andrezé et de Villedieu. Un lieu-dit "la Barre", laisse supposer l'ancien emplacement d'un péage

Y passe en bordure le ruisseau de la Vrême venant par l'Est de Saint Macaire en Mauges et qui coule de l'Est à l'Ouest, formant limite avec la Renaudière jusqu'au dessous du Pont GABET, ou il se replie brusquement vers le Nord, pour former limite tout au long vers l'Ouest avec Villedieu jusqu'en amont des moulins de FRAUD, après un parcours de 5.580 mètres grossi à droite des ruisseaux de l'Aronsière, du Bois-Girau1t et de la Joussandière, tous trois nés sur le territoire. Le ruisseau de l'Arondeau entame l'angle Nord-Est où naît son affluent, le ruisselet du Noyer.

En dépendent les hameaux suivants : la Gagnerie (3 maisons: 24 habitants ) le Grand Bois-Girault ( 3 maisons: 28 habitants), les châteaux de Bois-Girault et de la Cour et 17 fermes ou écarts.

SUPERFICIE:

724 hectares, dont: - 6 hectares de futaies - 4 hectares de châtaigneraies - 16 hectares de taillis -1 hectare de vignes - 14 hectares en prés - les restes en labour.

POPULATION :

- 47 feux, 214 habitants en 1720/1726 - 35 feux 300 habitants en 1790 - 245 habitants en 1801 (- 19% suite aux Guerres de Vendée) - 304 habitants en 1806 - 332 habitants en 1821 - 353 habitants en I831 - 349 habitants en 1841 - 398 habitants en 1851 - 383 habitants en 1861 - 399 habitants en 1866 - 375 habitants en 1872 - 383 habitants en 1876 - en progression constante jusqu'à ces derniers temps - dont 166 habitants: 46 ménages, 43 maisons, au bourg d'assez pauvre apparence sur le chemin vicinal de SAINT MACAIRE en MAUGES.

Une centaine d'artisans vit du tissage pour le textile de Cholet. Un moulin à eau sis à Guichonnet et un moulin à vent sis à Salvert produisent la farine. Bureau de Poste et perception à Beaupréau.

Ni foire, ni marché. Pas de mairie. Les archives reçoivent asile chez l'instituteur à l'école publique laïque de garçons. Ecole de filles (Soeurs de la Pommeraye) construite par adjudication du 23 Juillet 1843 sur un terrain donné par Mme de Vaudreuil.

L' Eglise (succursale, 5 nivôse, an XIII ) paraît ancienne mais a perdu tout caractère par les nombreux remaniements qui l'ont successivement transformé. Pour en parqueter le sol, on en a enlevé il y a peu d'années les dalles tumulaires notamment dans la nef, celles de R. GABORIT 1677 - de RENE NAUD 1674 - de JEAN ALLARD 1680

Presbytère ancien restauré avec de belles dépendances - Cimetière acquis par échange en I856 entre la Famille d'Anthenaise et la Commune de St Philbert.

Il s’agit actuellement d’un des plus petits villages des Mauges. Les habitants sont les Philbertaines et les Philbertains. Aucune trace antique n'est signalée sur le territoire, quoique traversé par deux grandes voies montant du Sud: de Mortagne à Beaupréau et de Tiffauges à Beaupréau, la première formant en partie la limite orientale, l'autre passant par ou près du bourg. On ignore la date de la fondation de la paroisse, qu'on attribue sans raison au voyage légendaire des moines de St Philbert de Grand-Lieu, qui y auraient fait étape, avant de rejoindre Cunault, en fuyant les Normands. Elle existait tout au moins au XI ème siècle sous le nom de Sanctus Philibertus (1052 à 1082) mentionné dans le cartulaire de St Serge. La présentation en appartenait de plein droit à l'abbé de St Florent, et depuis le XVII ème siècle la collation en était advenue à l'évèque.

La paroisse dépendait en premier ressort du duché de Beaupréau, de la Sénéchaussée, de l'Election et des Aides d'Angers, du Grenier à Sel de Cholet, en 1788 du district de Beaupréau, et en 1790 du district de Cholet. Elle comptait au plus en 1789 douze métairies, disséminées au milieu des bois, des genêts, des ravins, repaires de faux-saulniers et de gabelous. Les Moines de St Florent, le Prieur du Chêne-Courbet, les Curés de la Chapelle du Genêt et de la Regripière, les Chanoines de Beaupréau, le Commandeur de Villedieu y percevaient des rentes ou des dîmes, ce dernier ayant un fief dans le bourg même dont relevait le bordage de la Guilbaudière"  - Célestin Port 1878 -

Notice Historique et Généalogique de la Maison d'Anthenaise (980-1878) - Chapitre sur la "Branche de St Philbert

Le manoir seigneurial avait nom la Cour de St Philbert. Il relevait de la Roche Baraton (Beaupréau) et appartenait: en 1539 à Jean Chenu, écuyer, seigneur de Landormière; en 1653 à haut et puissant René Chenu, chevalier, époux de Marguerite de la Crossonnière. La terre passa par acquêt en 1700 à Augustin d'Anthenaise, qui portait d'argent à 3 jumelles de gueules en bande (écu). En 1789, y résidait François-Pierre d'Anthenaise, marié le 13 février 1776 avec Anne-Louise-Elisabeth Trovit de la Gasnerie (Notice Historique et Généalogique de la Maison d'Anthenaise), ou Gagnerie (Dictionnaire Historique et Géographique de Maine et Loire de Célestin Port). Capitaine au régiment de Saintonge, il servi dans l’armée de Condé et fut le dernier seigneur de St Philbert. Il mourut à Angers en 1811. Charles X érigea en 1828, la terre de La Cour de St Philbert en majorat avec titre de comte en faveur d'Armand-Charles d'Anthenaise et de ses descendants mâles en ligne directe. L’écu bandé d’argent et de gueules, de huit pièces, fut mentionné par erreur dans les lettres patentes. Il ne reste du manoir, brûlé durant la Révolution puis reconstruit, que quelques vestiges (douves, piles du pont levis, etc...) et appartient toujours à la famille d’Anthenaise. - Célestin Port 1878 -
Un des membres et sa famille, habitent à nouveau ce lieu dans les dépendandes rénovées.

Ecu d'argent à 3 jumelles de gueules en bande (1700), dit d'Anthenaise ancien.

Ecu bandé d’argent et de gueules, de huit pièces (1828), dit d'Anthenaise le jeune.